Games

Films et séries tirés de jeux : un bon plan pour tous

La route fut longue et difficile, mais après d’innombrables adaptations tout bonnement abominables, les films et séries inspirés de jeux vidéo sont enfin sur la bonne voie… et tout le monde est gagnant !

Les premières adaptations cinématographiques de jeux vidéo ont vu le jour dans les années 90, et force est d’admettre que certaines d’entre elles étaient plutôt pas mal du tout. Bien sûr, des films tels que Super Mario Bros et Street Fighter sont désormais salués comme des œuvres trash cultissimes. Pourtant, ces produits dérivés déguisés visaient uniquement à grappiller quelques deniers de plus en exploitant sans vergogne le nom de jeux à succès. La recette était simple : on prenait un acteur connu, il faisait le mariole devant la caméra, et hop, l’affaire était dans le sac. Le scénario et la mise en scène étaient secondaires (et encore)… Mais depuis quelques années, le vent tourne, et il est manifeste qu’une adaptation ciné ou télé réussie génère une synergie bénéfique pour les développeurs et les cinéastes.

L’évolution des adaptations de jeu au cinéma
Outre les exemples indiqués ci-dessus, l’évolution a commencé par deux longs métrages : Final Fantasy – The Spirits Within (une œuvre en images de synthèse qui n’a pas grand-chose à voir avec la franchise éponyme, mais une œuvre très influente malgré tout), et Tomb Raider avec Angelina Jolie. Tomb Raider jouait encore la carte de l’esbroufe, mais son scénario était quand même un tantinet plus recherché que les aberrations commises sur pellicule, dont l’inspiration était issue de jeux vidéo. Quant à Final Fantasy, l’ambiance était sombre et apocalyptique à souhait. Les adaptations de titres vidéoludiques commençaient donc à mûrir et n’étaient plus de simples ersatz assemblés à la va-vite pour vendre des figurines aux enfants et aux fans inconditionnels.

Bien entendu, cette évolution ne s’est pas faite sans heurt, et on déplore quelques écueils que l’on pourrait qualifier d’incidents de parcours. Doom ou DOA: Dead Or Alive étaient intéressants sur le plan visuel, mais c’est à peu près tout ce qu’on peut dire de positif au sujet de ces navets. À la même époque, une autre série de jeux s’est distinguée comme un excellent modèle pour une virée dans l’univers du Septième art : Resident Evil. Après des premiers opus ciné qui suivaient généralement à la lettre la trame narrative de leurs homologues vidéoludiques, la franchise a changé de cap. Exit le vu, le revu et le réchauffé ! Place à des films aux scénarios et aux personnages inédits. Bon, il faut admettre que les longs métrages estampillés RE ne sont pas tous de la même qualité… Quoi qu’il en soit, cette saga qui sent bon le zombie putréfié a démontré qu’une histoire bien ficelée pouvait servir de fondations à beaucoup de choses, et pas simplement à un jeu. En plus, maintenant que The Witcher déchaîne les passions, ou que God of War pourrait franchir le pas et devenir une série télé, il y a fort à parier que d’autres jeux suivront dans la foulée.

Bonnes adaptations : tout le monde est gagnant
Mais en quoi tout le monde est gagnant quand une adaptation de jeux vidéo fait des étincelles ? Bien sûr, les distributeurs (ou les services de streaming) et les bailleurs de licence s’en mettent plein les poches, tout comme les acteurs. Et les gamers alors ? Eh bien, nous aussi, nous sommes gagnants dans l’histoire, et sur plusieurs fronts. D’abord, les films ou les séries que l’on nous présente ne sont pas des nanars. Bien au contraire ! La concurrence entre les cinémas, les distributeurs et les services de streaming est tellement farouche que personne ne fera l’affront de proposer un produit médiocre. En d’autres termes, les projets qui ne s’avèrent pas à la hauteur sont tués dans l’œuf. La qualité prime sur la quantité, et on ne va pas s’en plaindre !

Jadis, nos souhaits, griefs et autres exhortations n’étaient guère plus qu’une cacophonie qui s’éparpillait aux quatre vents… Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux, nos cris à l’unisson ne tombent plus dans l’oreille d’un sourd ! Nous détenons même le pouvoir de faire perdurer une série condamnée à sombrer dans le néant télévisuel. Des exemples ? Lucifer, tout d’abord annulé avant d’être reconduit sur Netflix. Brooklyn Nine-Nine, déclaré mort et enterré, puis renouvelé pour au moins deux saisons supplémentaires. Et pourquoi ? Tout simplement parce que les fans n’étaient pas d’accord avec les décisions des producteurs, et leur ont fait savoir à grands coups de posts tonitruants sur les forums. Bien entendu, il n’y a pas que du positif, mais les contenus qui suscitent beaucoup d’enthousiasme et d’engouement finissent toujours par s’imposer face aux trolls, et ce, grâce aux fans !

Par conséquent, en tant que gamers, nous influençons indirectement les développeurs et les éditeurs. Les concessions de licence peuvent générer des sommes astronomiques. Alors, quand un studio tel que CD Projekt Red réalise un jeu qui, en plus de se vendre comme des petits pains, engendre également une série télévisée au succès phénoménal, c’est du positif sur toute la ligne. L’exemple le plus récent est sans l’ombre d’un doute The Witcher. Trilogie vidéoludique adulée par les gamers, elle-même issue d’un autre média (les livres « Le Sorceleur »), The Witcher a eu droit à une adaptation sur Netflix, qui fait un malheur. À tel point, qu’une deuxième saison a été confirmée presque sur-le-champ. Une véritable aubaine pour CD Projekt Red. En effet, plus de gens jouent actuellement à The Witcher 3 que lors de sa sortie en 2015. Et cerise sur le gâteau, la série Netflix a réuni de nouveaux fans qui vont s’empresser de lire les livres ou d’essayer les jeux ! Tout le monde y gagne !

Un bel avenir en perspective !
Alors, à quoi peut-on s’attendre ? À beaucoup de choses ! La qualité ne cesse de s’améliorer, et malgré des adaptations de jeux qui s’annoncent de plus en plus nombreuses, la qualité restera au beau fixe. Une série Netflix de God of War pourrait peut-être même voir le jour ! The Witcher va continuer sur sa lancée, et de nouvelles adaptations de Final Fantasy (sous forme de films), de Halo ou encore de Watch Dogs se profilent à l’horizon. En un mot comme en cent : les cinéphages et les téléphages ont de quoi se réjouir ! Oh, mais nous autres, gamers, avons du pain sur la planche ! Nous devons ouvrir l’œil (et le bon) et veiller au grain pour encenser les contenus qui le méritent et mettre sur la sellette les créateurs qui nous pondent des atrocités !

Et vous, quels jeu ou franchise vidéoludique aimeriez-vous voir sur grand écran ou au catalogue d’un service de streaming ? Qu’est-ce qui vous botte le plus ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !