Turtle Beach Blog
Accueil eSport Turtle Beach

Battlefield 1 est là – Est-ce que DICE a assuré ?

Il est temps de rejoindre les champs de bataille de l’un des conflits les plus sanglants de tous les temps : La Première Guerre Mondiale. Une guerre qui fut brutale, impitoyable, à l’aube de l’innovation moderne. Pas de missiles à têtes chercheuses, pas d’optique infrarouge – le combat frontal était le quotidien de chaque soldat. DICE est allé dans une autre direction par rapport à ses concurrents, qui s’engouffrent dans des scénarios de plus en plus futuristes. Nous avons déjà analysé le potentiel de Battlefield 1 en termes d’esports, ce qu’il apporterait à la scène compétitive et exprimé nos envies sur celui-ci. Désormais, il est temps de voir ce que donne la version finale du jeu et ce que DICE a réalisé suite aux demandes de la communauté et de la presse.

Mode 1 joueur :
Battlefield 1 offre une campagne à part entière se déroulant dans les grands lieux de la Première Guerre Mondiale. Après l’absence d’un mode Histoire dans Star Wars: Battlefront, c’est un ajout bienvenu. Mais est-ce que la campagne de Battlefield 1 possède une narration digne de ce nom, est-ce que celle-ci a du sens ? Après avoir parcouru la majorité du mode campagne, la réponse à ces deux questions est « OUI! ». La campagne, bien que légérement courte, emmène le joueur dans 6 lieux différents et s’étend sur l’histoire de différents personnages – et même au delà.

Chacune des 6 histoires contienne quelques missions et transmette la brutalité de la guerre telle qu’elle était à l’aube de la révolution industrielle. Nous n’avions pas vu une histoire aussi saisissante depuis Battlefield: Bad Company 2, le joueur se sentira totalement intégré à l’histoire. L’histoire et la campagne font également guise d’entrainement pour les maps multijoueurs, aidant les joueurs à bien comprendre toutes les mécaniques du jeu qui seront alors importantes lors des batailles dans le mode multijoueur.

Multijoueur :
Suite à notre article concernant le potentiel multijoueur de Battlefield, il était évident que nous nous intéresserions de près lorsque celui-ci serait en version finale. Et oui, DICE a assuré sur la plupart de ses promesses, mais nous pouvons contaster que l’esport ne sera pas le maitre-mot pour Battlefield 1. Pour la première fois dans une phase de pré-lancement (seulement accessible aux membres EA Access), tous les serveurs étaient stables, le netcode était bon (pas super non plus mais DICE y travaille) et les maps nombreuses.

Les cartes sont assez grandes et ouvertes avec quelques spots de snipers et goulots d’étranglement. Au delà du design des maps, elles véhiculent un grand sentiment de brutalité, bien plus que dans les maps des précédents Battlefield. Par exemple, des dirigeables Zeppelin traversent le ciel et les nombreux détails font parfois oublier l’objectif principal de la mission. L’intégration de dirigeables et d’avions permet d’ajouter une réelle profondeur aux maps.

Pour les habitués de Battlefield, la présence de quelques problèmes graphiques fréquents ne les étonnera pas. Dans les petites rues, les tanks ont tendance à rentrer dans les murs et à donner à toute l’équipe dans le tank un wallhack. Les joueurs restent bloquer dans les objets ou les murs après leurs morts. Tous ces petits bugs ne gâchent pas l’expérience mais c’est surprenant de voir qu’ils n’ont pas encore été corrigés.

Le champ de bataille est en constante évolution dans Battlefield 1 , principalement grâce aux environnements destructibles. Des bâtiments qui s’écroulent, exposant les snipers retranchés, les tanks explosant les portes, les bombardiers ne laissant que des ruines derrière leur passage. Le paysage est en constante évolution et génère un sentiment d’authenticité et de désespoir à condition que les joueurs soient vraiment impliqués dans le gameplay. La mort est partout et l’intégration des gaz toxiques et des masques à gaz favorise le sentiment de claustrophobie. Les matchs multi sont même éducatifs : avant chaque match, les joueurs reçoivent des informations sur la situation historique à l’instant T du conflit auquel ils vont participer. Une leçon d’histoire nouvelle génération.

Nous souhaitions des modes intéressants dans notre article sur le potentiel de Battlefield 1 et on les a eu. DICE a produit de très bons modes pour le multi de Battlefield 1. Bien sûr, il y a les traditionnels Conquête, Domination, Rush et Deathmatch en équipe pour les fans de Battlefield mais il y a plus encore, comme le mode Operation que nous avons beaucoup apprécie. Operation offre plus qu’une simple bataille sur un large territoire, divisé en plusieurs petites maps. Une équipe défend la petite map, et l’autre essaye d’avoir cette map sous son contrôle. Petit à petit, un côté prend la main et gagne toute l’operation/territoire.

Un mode un peu similaire à la capture de drapeau a été intégré : War Pigeon. Au lieu du drapeau habituel en guise d’objectif, on a ici affaire à un pigeon qui doit être amené dans une cachette où le transporteur écrit une lettre et doit ensuite s’assurer que le pigeon puisse voler à l’extérieur sans se faire tuere par l’équipe adverse. Un mode fun qui offre un peu de distraction dans toute cette cruauté guerrière.

L’époque de la Première Guerre Mondiale était celle du fusil à verrou. Dans Battlefield 1, les fusils automatique sont quand même présents et puissants, les joueurs sont habitués au tir automatique. Cependant, DICE a bien équilibré tout ça, et heureusement, les joueurs utilisant le fusil à verrou ne se sentiront pas désavantager. Le conflit est également souvent personnel, le corps à corps jouant souvent un grand rôle dans le jeu. Les joueurs qui auront fait la campagne auront un avantage ici, car elle enseigne le corps à corps et le combat rapproché de manière efficace.

Le combat à bord de véhicules est également bien équilibré. Les tanks peuvent être utilisés efficacement sur le champ de bataille mais ils ne sont pas invulnérables contre des joueurs qui travaillent en équipe. Lors de l’open beta, les tanks moyens et légers étaient les meilleurs pour capturer les objectifs, mais ce n’est plus le cas dans la version finale de Battlefield 1. Merci DICE ! Les batailles aériennes ont également été repensées. Les contrôles ont été revus afin que les nouveaux joueurs puissent profiter des dogfights et des bombardements sans avoir à faire un entrainement fastidieux. Pour les joueurs au sol, il y a également beaucoup de moyens pour faire tomber chasseurs et bombardiers. Dans l’ensemble, tout est bien équilibré, DICE a écouté sa communauté.

En conclusion, il est évident que Battlefield 1 est le meilleur Battlefield depuis les humbles débuts de la série et offre à ses joueurs une durée de vie excellente.

Battlefield 1 est désormais disponible sur PC, Xbox One et PlayStation 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *